Kittychoices (kittychoices) wrote,
Kittychoices
kittychoices

Dimanche 12 septembre 2004 et Lundi 13 (un peu)

Contre toute attente, nous nous sommes levés très tôt. (Le soleil se lève à 6h, il se couche à 18h toute l'année--> nous sommes proches de l'Equateur). Au petit déj., nous savourons les croissants que J. est allé nous chercher, puis nous faisons chauffer de l'eau pour verser dans le perroquet (grande jarre en terre cuite) dans lequel l'eau est conservée (de l'eau courante, il n'y en a pas tout le temps - à vrai dire il n'y en a pour ainsi dire pas eu pendant nos premières 24h sur place) et où nous puiserons avec un petit broc en plastique pour faire notre douche.

Après la douche, nous partons rendre visite à un ami de J. (Séraphin ou "Prince Acongo", son nom de scène) dans un village non loin d'Anfoin. La fête des pierres sacrées est passé mais Joyce pense que cel sera tout de même festif.

Il nous faut environ 1h40 de taxi pour rejoindre Anfouin. Avec un détour pour éviter un barrage militaire et l'habituel pourboire. Notre taxi s'embourbe dans la terre orange et sablonneuse et nous devons descendre afin qu'il puisse s'en dégager. Nous passons par le quartiers des "ZIBOS", originaires du Nigéria. Je découvre l'existence du "Blacksonage" , à savoir le fait de goudronner le dessous de sa voiture.

A Anfouin, après moult négociations, nous finissons par terminer la route en ZEM (taxi -pétrolettes) (de "ZEMIDJAN" -->ce qui veut dire "enmène-moi vite" en EWE (prononcer "ébé"), le dialecte local. "250-250" c'est à dire 250 francs CFA par personne (soit 2,5 FF)

Les quatre ZEM à la queue leu leu foncent sur les petits chemins de cambrousse en évitant les ornières. Je croise le regard d'enfants interloqués à ma vue. Après deux ou trois arrêts et prises de renseignements, nous finissons par trouver le village où nous sommes accueillis avec une grande chaleur et une grande hospitalité. Nous sirotons le Sodabi (alcool de palme) à l'ombre de l'auvent de feuilles de coco tressées puis sous le manguier, avant de saluer tout le monde dans ce qui semble être une communauté de plusieurs familles (plusieurs maisons et cours ceintes de murs de terre orange et aux toits de chaume). J'apprends la poignée de main locale en trois étapes puis claquement de doigts.

Nous partons ensuite déguster une FLAG "Les moments forts"TM , la bière locale au troquet du coin, situé sur une grande place où se trouvent également les puits. Enfants et animaux vadrouillent librement sur la place. Nombreuses sont les biquettes qui se baladent en toute confiance parmi les humains. Où Thérèse, la nièce de Séraphin et Séraphin lui-même m'apprennent à danser comme eux (cf vidéo). Où je découvre des toilettes artisanales, un petite pièce au sol carrelé en pente avec un seau d'eau et une conserve dedans pour pouvoir rincer le sol, puis au village des "pièces de toilette" (SdB + WC) plus rudimentaires: une simple pièce en terre battue (comme partout au village d'ailleurs) avec dans un coin une mini-mare d'eaux usagées.)
Où l'on nous accueille successivement dans diverses maisonnées. Où nous dansons avec un groupe de femme qui nous offrent MAPOUKA (le Baileys local). Où nous grignotons ensuite du riz en sauce chez Maxime, un tourneur-soudeur, qui bien qu'assez jeune semble être une sorte de patriarche local. Puis nous retournons chez Séraphin où nous mangeons(à la main) une excellente pâte de maïs avec de la viande presque séchée tant elle est cuite (délicieuse), des tomates, des oignons et du piment préparés par Lola, la femme de Séraphin.

Retour à la tombée de la nuit en ZEM puis taxi... épuisés mais ravis nous nous sommes couchés autour de 23h mais étions réveillés avant 7h ce matin--> il fait déjà plein jour à 6h et à 7h l'activité bat son plein, on entend la clameur de la rue et le garagiste derrière la maison qui travaille.

Aujourd'hui c'est aussi la rentrée des collèges ici, et donc aussi pour M. l'ami de Joyce, prof de physique chimie.


Tant de choses à raconter ! Je ne suis pas sure de tenir ce rythme là à tout écrire et raconter !
En tout cas, je pense bien à vous tous qui me lisez.... je vous embrasse et vous dis simplement à bientôt, je ne sais quand j'aurai à nouveau accès au net. Portez vous bien !
  • Post a new comment

    Error

    Comments allowed for friends only

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic
  • 0 comments